[Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Cantiques]

  PARABOLE

du bon SAMARITAIN

Un livre avec des coloriages

Une parabole de l'évangile de Luc chapitre 10 versets 25 à 37.

Et voici, un docteur de la loi se leva pour éprouver Jésus, et dit : Maître, que faut-il que j'aie fait pour hériter de la vie éternelle ? Et il lui dit : Qu'est-il écrit dans la loi ? Comment lis-tu ? Et répondant, il dit :  Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cur, et de toute ton âme, et de toute ta force, et de toute ta pensée  [Deutéronome 6:5] ;  et ton prochain comme toi-même  [Lévitique 19:18]. Et il lui dit : Tu as bien répondu ; fais cela, et tu vivras. Mais lui, voulant se justifier lui-même, dit à Jésus : Et qui est mon prochain ?

Et Jésus, répondant, dit : Un homme descendit de Jérusalem à Jéricho, et tomba entre les mains des voleurs, qui aussi, l'ayant dépouillé et l'ayant couvert de blessures, s'en allèrent, le laissant à demi mort. Or, par aventure, un sacrificateur descendait par ce chemin-là, et, le voyant, passa outre de l'autre côté ; et pareillement aussi un lévite, étant arrivé en cet endroit-là, s'en vint, et, le voyant, passa outre de l'autre côté ; mais un Samaritain, allant son chemin, vint à lui, et, le voyant, fut ému de compassion, et s'approcha et banda ses plaies, y versant de l'huile et du vin ; et l'ayant mis sur sa propre bête, il le mena dans l'hôtellerie et eut soin de lui. Et le lendemain, s'en allant, il tira deux deniers et les donna à l'hôtelier, et lui dit : Prends soin de lui ; et ce que tu dépenseras de plus, moi, à mon retour, je te le rendrai. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé entre les mains des voleurs ? Et il dit : C'est celui qui a usé de miséricorde envers lui.

Et Jésus lui dit : Va, et toi fais de même.

 

 

 

Sur le chemin de Jéricho.

 

 

 

Les voleurs !

 

 

 

Un sacrificateur passe sans secourir le blessé.

 

 

 

Plus tard, un bon Samaritain soigne le malheureux.

 

 

 Prends soin de lui ; et ce que tu dépenseras de plus, à mon retour, je te le rendrai.